Partager:
3 octobre 2019

Journées de la culture 2019

John Tenasco expose à Blue Sea

Le 28 septembre dernier, l’Association des amis du Presbytère de Blue Sea a eu l’honneur de recevoir John Tenasco, artiste de la communauté algonquine de Kitigan Zibi.

Lyne Bélisle , Pigiste

John Tenasco et Frédéric Leterrier, réalisateur du film documentaire « Avoir un indien de réserve » (photo : Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
John Tenasco et Frédéric Leterrier, réalisateur du film documentaire « Avoir un indien de réserve » (photo : Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).

Devant une foule d’admirateurs, Marc Grégoire, membre de l’Association des amis du Presbytère de Blue Sea, prend le micro : « ses toiles sentent la terre, ont couleur de la terre, une terre ocre et onctueuse, porteuse de rêves et d’espoir. Son œuvre souffle une brise de paix et de sérénité. Certaines toiles ont des plumes; toutes les toiles ont des ailes ».

Il est dit que « l’artiste algonquin, transpose sur ses toiles les couleurs de terre, de lumière et de feu de la région de Maniwaki. Empreint de spiritualité et particulièrement sensible aux métamorphoses, il livre des toiles hautes en couleurs dont la composition très sûre donne une vision allégorique de la réalité ».

Un artiste discret

« J’espère que le premier regard que les gens poseront sur mes toiles sera celui de l’émotion qui les ramènent à quelque chose dans leur vie », a témoigné M. Tenasco.

Une centaine de personnes se sont réunies au Presbytère de Blue Sea afin de contempler l’œuvre de l’artiste et de le rencontrer ; somme toute une belle rencontre de grands esprits. L’Association des amis du Presbytère de Blue Sea a déployé beaucoup d’énergie afin de rendre cette rencontre mémorable.

Rien n’a été laissé au hasard

Certaines personnes se sont déplacées de loin afin d’assister au vernissage : France, États-Unis, Australie et bien sûr des gens du Québec et de l’Ontario.

Des amis et connaissances de l’artiste, dont Frédéric Leterrier, réalisateur du film documentaire sur John Tenasco « Avoir un indien de réserve », étaient présents.

« (…) John est un passage dans ma vie qui a marqué et qui continue de marquer ma vie. Nous avons tout à gagner de cette rencontre afin de découvrir de nouveaux horizons (…) », a fait savoir M. Leterrier.

Chris Towsley, artiste peintre lui aussi, qui a rencontré M. Tenasco lors d’une exposition à New York, s’est rappelé avec un sourire de sa première rencontre avec lui il y a quelques années : « Je me souviendrai toujours qu’il avait dit que mon travail lui semblait industriel ; ça m’avait fait sourire et surtout réfléchir. Depuis ce jour, nous sommes devenus de bons amis ».

Plusieurs témoignages élogieux ont été consacrés à John Tenasco.

Pour couronner et commémorer l’événement, Larry Rousseau, président de l’Association, et Sylvie Grégoire, conservatrice de la galerie d’art, affichent fièrement une toile acquise pour le presbytère de l’artiste algonquin John Tenasco.

Une toile de l’artiste John Tenasco (photo : Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Partager:

Lyne Bélisle , Pigiste

Lyne Bélisle

  • Courriel

À ne pas manquer