Partager:
12 septembre 2019

Forestiers de Maniwaki

Benoît Beauchamp sélectionne ses troupes

L’entraîneur des Forestiers, Benoît Beauchamp, profitera des 13 et 14 septembre prochains pour sélectionner la formation 2019-2020 des Forestiers.

Simon Dominé , Journaliste

Les Forestiers de Maniwaki organisent un pré-camp en fin de semaine (photo : archives – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Les Forestiers de Maniwaki organisent un pré-camp en fin de semaine (photo : archives – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).

« On a ramassé des noms. Il y a 40-45 joueurs qui s’en viennent essayer le camp d’entraînement. Ça commence le vendredi soir, il va y avoir une remise en forme. Notre entraîneur, Benoît Beauchamp, il va tester les gars. Ça, c’est pour compléter l’équipe, parce qu’on a une certaine base de l’année passée qui revient, mais il faut compléter », a commenté Éric St-Amour, secrétaire-trésorier des Forestiers de Maniwaki, le 10 septembre.

Le 13 septembre, entre 19h10 et 21h10, le pré-camp débutera par une remise en forme. Le lendemain, de 20h40 à 22h10, l’entraîneur a concocté « la coupe des Forestiers ».

« C’est un concept amené de M. Beauchamp, tiré de sa vaste expérience. (…). Là, on va prendre tous les joueurs qui se sont présenté au camp d’entraînement. On va faire trois ou quatre équipes. Les joueurs vont se confronter. Si jamais les gens veulent venir voir ça, ça va être un bon calibre. C’est là que l’entraîneur Benoît Beauchamp va faire ses choix finaux pour les trous à remplir dans l’alignement », a précisé M. St-Amour.

Le ratio de joueurs de la Haute-Gatineau

Sur la quarantaine de joueurs qui se présenteront, on parle d’une vingtaine de nouvelles têtes. D’où viennent-ils? « Beaucoup de la région de l’Outaouais. Il y en a quelques-uns de la région de Maniwaki (…). Il y a beaucoup de monde qui vont venir de Hull-Gatineau, un ou deux de Laval, on en a un de Montréal. Il y a des joueurs qu’on ne connaît pas. Ils donnent leur nom, ils ont entendu parler de la foule, de l’engouement local », a détaillé le secrétaire-trésorier des Forestiers.

Quel sera le ratio de joueurs locaux dans la formation? « Il va y avoir entre cinq et dix joueurs de la Haute-Gatineau. Mais c’est dur à dire, ça va dépendre du camp d’entraînement parce qu’il y a de nouvelles personnes qui se présentent. C’est très dur. On aimerait ça en avoir plus, mais le calibre est très élevé », a répondu M. St-Amour, avant d’ajouter que « Tout se confirme en fin de semaine ».

Des départs

Y a-t-il des places assurées ou chacun devra refaire ses preuves avant d’enfiler le chandail des Forestiers? « Il y a beaucoup de joueurs qui sont assurés, sauf que M. Beauchamp doit évaluer où ils sont rendus dans leur cheminement, s’ils se sont tenus en forme cet été, ces choses-là. Mais la plupart des joueurs devraient revenir. Il y en a peut-être 8 ou 9 qui ne reviennent pas pour des questions de déménagement ou parce qu’ils quittent le hockey. Ça s’enligne bien pour qu’il y ait plusieurs joueurs qui reviennent, mais il va y avoir des nouvelles têtes aussi. C’est surtout ça que M. Beauchamp, notre entraîneur, cible : c’est de voir qui va prendre la place des gens qui quittent. Les gens qui étaient là, ils ont quand même à chaque année quelque chose à prouver. C’est quand même important de montrer qu’ils sont encore là, qu’ils sont en forme », a mentionné M. St-Amour.

Une saison « plus solide »

L’administrateur de l’équipe s’attend à une saison « plus solide » avec le départ des équipes qui « décommandaient facilement » (Cumberland, Cornwall et Vaudreuil-Dorion) et l’arrivée de Mont-Tremblant aux côtés de Maniwaki, Fort-Coulonge et Mont-Laurier.

« Mont-Tremblant sont très, très, très sérieux, a affirmé M. St-Amour. Nos trois équipes béton de l’année passée sont de retour, plus motivées que jamais et Mont-Tremblant, c’est une belle ville, on va avoir du fun à aller jouer là je pense! Nous autres, on aimerait passer à plus que quatre équipes. On aimerait ça monter à six, mais si ça prend une autre année à quatre, on va le faire. On ne prendra pas une concession douteuse, qui semble mal organisée, juste pour monter le nombre d’équipes. On va le faire si on a confiance dans les investisseurs, dans les personnes qui démarrent l’équipe. On ne le fera pas à tout prix, parce qu’à quatre équipes, si on se rappelle dans le temps des Dynamo dans les années 90s, il y avait toute une rivalité. Il y avait Maniwaki, Mont-Laurier, Ferme-Neuve, L’Annonciation et ça fonctionnait. À quatre, on a seulement 20 parties dans l’année : on est capable d’avoir un roulement et de varier les équipes. Les gens n’auront pas le temps de se tanner et les rivalités vont être assez intenses. Ça va être très bon. »

« Les joueurs vont se confronter. Si jamais les gens veulent venir voir ça, ça va être un bon calibre. » – Éric St-Amour

Partager:

Simon Dominé , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer