Partager:
13 août 2019

Réaction du président de la FQM à un reportage du Journal de Québec

« Aucune municipalité n’a l’intention de fermer », affirme le président de la FQM

Dans un article publié récemment dans le Journal de Québec, le Groupe Ambition disait s’attendre à la fermeture d’environ 200 municipalités au Québec, d’ici 2025, en raison d’une dévitalisation croissante. La Fédération québécoise des municipalités (FQM), de son côté, affirme ne pas comprendre comment une telle nouvelle a pu voir le jour puisqu’aucune municipalité n’a jamais parlé de fermeture.

Kathleen Godmer , Journaliste

Jacques Demers, président de la FMQ, affirme avoir du mal à croire à la pertinence et au sérieux de l’étude faite par la firme de consultants Groupe Ambition qui parle de la fermeture possible de 200 municipalités (photo : gracieuseté – FMQ).
Jacques Demers, président de la FMQ, affirme avoir du mal à croire à la pertinence et au sérieux de l’étude faite par la firme de consultants Groupe Ambition qui parle de la fermeture possible de 200 municipalités (photo : gracieuseté – FMQ).

Les régions font face à plusieurs défis et doivent jongler, entre autres, avec la pénurie de main-d’œuvre, la rétention de celle-ci, le vieillissement de la population et les besoins en infrastructures. La MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, comme plusieurs en région éloignée, a un taux de dévitalisation élevé, mais de là à voir certaines de ces municipalités fermer, le mot semble trop alarmiste.

Ce serait Pierre Bernier, un expert, président de la firme de consultants Groupe Ambition, qui se serait avancé sur une liste de municipalités en danger de fermeture, d’ici 2025 en affirmant que près de 200 d’entre elles pourraient devoir fermer.

La FQM réagit vivement

« C’est particulier de ne pouvoir rejoindre personne suite à cette histoire-là qui fait tellement mal à plein de régions. Juste de mettre le nom de certaines municipalités, qui n’ont pas été rencontrées, à ce que j’en comprends, et qui n’ont pas eu la chance de s’expliquer, ça ne fait pas de sens », a déclaré le président de la FQM, Jacques Demers.

Le président de la FQM a mentionné qu’en effet, certaines municipalités connaissent des difficultés et doivent relever des défis, mais de là à parler de fermetures, la marge est grande. « On n’a connu aucune fermeture depuis les 50 dernières années et là, tout à coup, il y en aurait 200 en moins de six ans selon eux. Ça va prendre des explications ».

M. Demers a aussi expliqué que la FQM travaille auprès du gouvernement afin d’obtenir un nouveau pacte fiscal pour mettre en place les outils qui permettent aux municipalités de se développer et d’assurer leur vitalité.

Lors de son dernier congrès, la FQM a obtenu l’engagement du gouvernement de décentraliser 5 000 emplois de l’État en région dans les cinq prochaines années et, d’ici 2023, toutes les régions devraient avoir un accès à Internet haut débit et à un réseau cellulaire large bande.

Les différentes mesures en transport annoncées par le gouvernement comme le maintien de la Politique de la mobilité durable 2030, le nouveau rôle régional d’Investissement Québec et la régionalisation de l’immigration, sont des résultats concrets provenant des démarches que la FQM mène actuellement.

Des municipalités de la région seraient à risque

Dans la région, il semblerait que Gracefield, Cayamant, Denholm, Montcerf-Lytton, Grand-Remous, Maniwaki, Blue Sea et Déléage soient à risque, selon l’étude de M. Bernier.

Mme Lamarche était en vacances. Quant à Mme Fortin, elle n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue.

Le Choix a tenté sans succès d’obtenir la réaction de la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche et de la mairesse de Maniwaki, Francine Fortin.

Partager:

Kathleen Godmer , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer