Partager:
17 juillet 2019

Base de plein air La Chasse-Galerie

Le promoteur et la MRC exaspérés par les délais émis par le ministère de l’Environnement

À l’occasion du conseil des maires de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau du 18 juin dernier, la préfète Chantal Lamarche a annoncé que la MRC a demandé au gouvernement du Québec d’intervenir auprès du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) afin d’accélérer le traitement des demandes de certificat d’autorisation dans la région de l’Outaouais, particulièrement en ce qui a trait à la demande présentée dans le cadre du projet de la base de plein air La Chasse-Galerie.

Jordan Maheu , pigiste

Des murs de remblais sont installés pour éviter une éventuelle inondation des roulottes (photo: Jordan Maheu – Le Choix Vallée-de-la-Gatineau).
Des murs de remblais sont installés pour éviter une éventuelle inondation des roulottes (photo: Jordan Maheu – Le Choix Vallée-de-la-Gatineau).

Le 11 juillet 2018, le promoteur du projet, Hugo Vallières, avait déposé à la direction régionale de l’Outaouais du ministère de l’Environnement une demande de certificat d’autorisation et, un an plus tard, il est toujours en attente de l’émission du certificat.

«En 2017, on a été inondé et ça nous a beaucoup fâchés d’être retardés, mais on a pris notre trou. On a fait nos études. La préfète Lamarche et le maire de Déléage, Raymond Morin, nous ont beaucoup aidés. Ils ont accéléré le dossier au maximum et ç’a prit deux ans. En ce moment, les études ont été faites, mais le ministère ne les accepte pas», s’attriste le promoteur de la Base de plein air La Chasse-Galerie, Hugo Vallières.

L’ouverture de la base de plein air qui était prévue pour le mois de juin 2020 ne sera pas respectée étant donné que le certificat d’autorisation n’a toujours pas été émis. M. Vallières est dans l’impossibilité de déterminer une nouvelle échéance tant et aussi longtemps que le certificat d’autorisation ne sera pas émis par la direction régionale de l’Outaouais du ministère de l’Environnement.

«On est déjà la mi-juillet, alors même si j’avais le certificat d’autorisation aujourd’hui, l’été est gâché. Les tuyaux et les arbres ne sont pas commandés. Pour les arbres, l’attente est de deux ans avant qu’ils soient plantables. On va en avoir 3 000 à planter. Il va falloir trouver une pépinière, mais je ne pourrai pas les planter avant deux ans. On est bloqué, c’est sûr», a expliqué M. Vallières.

«Ils s’en balancent»

Le conseil des maires de la Vallée-de-la-Gatineau dénonce la lenteur du ministère dans ce dossier en insistant qu’il «empêche la réalisation d’un projet d’envergure pour l’économie régionale de la Vallée-de-la-Gatineau».

«Ça fait longtemps que ce dossier-là traîne. Je dirais que des fonctionnaires sont bien dans leur routine et dans leur confort, puis maintenant le délai est trop long. Il y a de l’acharnement qui se fait sur certains dossiers. C’est comme ça partout en Outaouais, dont dans la Vallée-de-la-Gatineau. Ça empêche le développement économique», a fait savoir la préfète de la MRC Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche.

Le conseil des maires est aussi d’avis que «la Vallée-de-la-Gatineau doit pouvoir compter sur la collaboration de ses partenaires, incluant les différents ministères et leur direction régionale, pour permettre le développement et la création de nouveaux projets sur son territoire».

Les professionnels et les élus de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau travaillent sur ce dossier depuis plus de deux ans, en collaboration avec le promoteur et la municipalité de Déléage, sans avancement de la part de la direction régionale du ministère de l’Environnement. Des appels et des rencontres répétés ont pourtant eu lieu à de multiples occasions.

«Ils font à semblant d’écouter, mais ils n’écoutent pas. Ils s’en balancent. Je dirais que les 17 maires sont tannés, il y a eu le dossier de la santé et là c’est l’environnement! C’est dommage, parce qu’on doit revendiquer pour que ça bouge», a affirmé la préfète Lamarche.

Le ministère de l’Environnement réagit

Le ministère de l’Environnement dit poursuivre l’analyse des deux demandes d’autorisation reçues pour la réalisation d’un projet de camping comprenant les services sanitaires dans la municipalité de Déléage.

La conseillère en communication du MELCC, Sophie Gauthier, a mentionné au Choix que «des demandes d’information ont été transmises au demandeur, en vue de préciser certains éléments visant les travaux d’aménagement, la gestion des eaux usées et potables et la gestion des sols contaminés présents sur le site. L’analyse pourra se poursuivre une fois les renseignements reçus».

Mme Gauthier a aussi tenu à rappeler que parallèlement à l’analyse de ce projet, des inondations majeures sont survenues ce printemps. En réponse à ces événements, le gouvernement du Québec entend favoriser une gestion plus rigoureuse des zones inondables passant par l’élaboration d’un plan d’action en matière d’aménagement du territoire relatif aux inondations. L’objectif est de limiter l’exposition des personnes et des biens à d’éventuelles inondations, tout en mettant en avant des solutions durables. Les experts dans le domaine ainsi que les instances municipales sont associés à l’élaboration de ce plan d’action visant à revoir les normes encadrant la gestion des zones inondables en vigueur pour l’ensemble du territoire afin de protéger les Québécoises et Québécois lors d’inondations.

Le promoteur, Hugo Vallières, a tenu à préciser qu’il n’avait aucun problème avec la réglementation du ministère de l’Environnement, mais que c’est la manière dont le ministère gère le dossier qui pose problème, parce que même si le projet était complètement légal, le certificat d’autorisation n’a toujours pas été émis.

Vu de la future plage de la base de plein air La Chasse-Galerie (photo: Jordan Maheu – Le Choix Vallée-de-la-Gatineau).
Après l’étape du nivelage du terrain, les travaux ne pourront plus avancer avant l’émission du certificat d’autorisation. La prochaine étape sera l’installation des tuyaux (photo: Jordan Maheu – Le Choix Vallée-de-la-Gatineau).
Partager:

Jordan Maheu , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer