Partager:
12 juillet 2019

Élections fédérales

Mario Belec est le candidat de Maxime Bernier dans la circonscription de Pontiac

Le Parti populaire du Canada (PPC) s’implante en Outaouais en vue des élections fédérales du 21 octobre prochain. Mario Belec a été nommé candidat du parti dans la circonscription de Pontiac. Le parti, qui en sera à ses premières élections générales, a vu Élections Canada reconnaître l’association Pontiac du PPC en tant qu’association de circonscription officielle le 14 juin dernier.

Jordan Maheu , pigiste

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a nommé Mario Belec comme candidat pour la circonscription de Pontiac (photo: gracieuseté – Mario Belec).
Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a nommé Mario Belec comme candidat pour la circonscription de Pontiac (photo: gracieuseté – Mario Belec).

Père de famille originaire de l’Outaouais, Mario Belec est un vétéran des Forces armées canadiennes et il travaille depuis 2001 pour la Société de transport de l’Outaouais (STO) où il occupe le poste de chauffeur urbain. Il est aussi propriétaire d’une école d’art martial qui a vu le jour en 2007, où il enseigne la discipline du karaté aux enfants en milieu scolaire, aux familles et est souvent appelé à donner de la formation à titre bénévole à des groupes de femmes violentées. Il croit que son bagage professionnel fait de lui un bon candidat et il entend mettre ses qualités au service des citoyens de la circonscription de Pontiac.

«Une des choses que j’ai apprises dans les arts martiaux, c’est la discipline et le travail. On n’aura rien gratuitement. Je ne suis pas quelqu’un qui va faire des promesses à gauche et à droite, mais je vais promettre une chose aux gens du Pontiac. À tous les matins quand je vais me lever pour aller travailler, je n’irai pas travailler pour Mario Belec, mais pour les gens du Pontiac», a dit le candidat.

Enjeux de la circonscription de Pontiac

M. Belec a mentionné que l’Internet haute vitesse, la couverture cellulaire et la pénurie de la main-d’œuvre sont les enjeux primordiaux de sa circonscription.

«Le problème de l’internet est un problème d’une vie parce que d’élection en élection, c’est un enjeu qui revient toujours. On a toujours de l’argent pour donner aux autres pays, mais on n’a jamais de l’argent pour s’occuper de nos choses de chez nous. On voudrait réduire l’aide étrangère pour ramener l’argent ici et mettre des priorités comme les infrastructures numériques en milieu rural», a dit Mario Belec.

Afin de diminuer la pénurie de main-d’œuvre en milieu rural, le candidat du PPC a soulevé l’immigration économique et l’ouverture des barrières interprovinciales comme de potentielles solutions.

«On veut diminuer l’immigration, mais on veut augmenter l’immigration économique ce qui faciliterait les gens à s’installer. On veut aussi travailler avec les municipalités pour aider la rétention des immigrants qui vont y travailler», a dit Mario Belec.

«Il y a des corps de métier qui ne sont pas reconnus soit de l’Ontario vers le Québec ou du Québec vers l’Ontario. On peut penser, entre autres, au domaine de la construction et au service de la santé. On voudrait faire une uniformité au niveau provincial pour les corps de métier», a mentionné Mario Belec au sujet des barrières interprovinciales.

Enjeu national

Au niveau national, la gestion de l’offre est un enjeu important pour Mario Belec et son parti.

«On veut mettre les gens au centre de notre politique. On trouve que les gens paient déjà beaucoup en taxes et autres. Si on est capable de baisser le prix des produits laitiers, de la volaille et des œufs, c’est déjà avantageux pour le consommateur», a-t-il affirmé.

Expérience en politique

M. Belec a représenté les couleurs du Parti conservateur du Québec dans la circonscription de Gatineau lors de la dernière campagne provinciale et il voit une similitude entre ce parti et le PPC.

«La politique du Parti conservateur du Québec se retrouve à 90% dans le Parti populaire du Canada. Par exemple, la question de la gestion de l’offre. Le Parti conservateur du Québec et le Parti populaire du Canada sont en faveur de l’abolition. Si j’avais fait le saut avec le Parti conservateur du Canada, eux ils sont pour la gestion de l’offre. Ça aurait donné un message contradictoire. Le Parti populaire du Canada est le parti qui représente le plus mes idées», a-t-il dit.

M. Belec explique avoir fait le saut en politique fédéral après avoir discuté avec sa famille. Il considère «être un candidat plus complet en faisant le saut au fédéral».

«Il y a souvent des dossiers qu’on regarde au provincial et qu’on hésite à savoir si c’est de juridiction fédérale ou de juridiction provinciale. Mon expérience comme candidat au provincial m’aide à faire la différence entre ce qui appartient au provincial et ce qui appartient au fédéral», a mentionné le père de famille.

Les autres candidats

Rappelons que le Parti libéral du Canada, le Parti conservateur du Canada et le Parti vert du Canada ont tous déjà annoncé leur candidat pour la circonscription de Pontiac en vue des prochaines élections. Il s’agit respectivement du député libéral sortant William Amos, du candidat conservateur Dave Blackburn et du candidat vert Claude Bertrand. Le Choix s’était entretenu avec ceux-ci il y a un peu plus de deux mois.

Partager:

Jordan Maheu , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer