Partager:
11 juillet 2019

Le diocèse de Mont-Laurier va-t-il disparaître?

«Il faut faire face au réel», prévient Mgr Paul-André Durocher

L’évêque Paul Lortie a remis le 10 juillet sa renonciation au pape François, qui a nommé à sa place l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, comme administrateur apostolique du diocèse de Mont-Laurier. Le mandat qui lui est confié pourrait déboucher sur la fusion du diocèse avec ceux de Gatineau, Saint-Jérôme et Joliette.

Simon Dominé , Journaliste

Mgr Paul Lortie a remis sa renonciation le 10 juillet 2019 (photo: gracieuseté – Diocèse de Mont-Laurier).
Mgr Paul Lortie a remis sa renonciation le 10 juillet 2019 (photo: gracieuseté – Diocèse de Mont-Laurier).

Ce qu’il faut retenir

Né à Beauport en 1944 et nommé en 2012 évêque de Mont-Laurier par le pape Benoît XVI, Mgr Paul Lortie, âgé de 75 ans, a remis sa renonciation au pape François. Il ira désormais vivre à l’archevêché de Québec.

L’Histoire dira si Mgr Paul Lortie aura été le dernier évêque du diocèse. Au lieu d’un nouvel évêque, le pape a en effet choisi d’y nommer l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, en qualité d’administrateur apostolique. Né en 1954 à Windsor (Ontario) et nommé archevêque de Gatineau en 2011, Mgr Durocher aura toute l’autorité d’un évêque diocésain.

Mgr Durocher devra remettre à Rome une étude sur la possibilité de partager le territoire du diocèse de Mont-Laurier avec d’autres.

Ce qu’ils ont dit

«J’ai été très chanceux d’avoir été choisi pour venir dans le diocèse de Mont-Laurier. J’ai eu la chance de collaborer avec plusieurs fidèles dans la majorité des communautés chrétiennes du diocèse (…).» – Mgr Paul Lortie

«J’accueille ce mandat qui m’est donné par le pape dans un esprit de service pour le diocèse de Mont-Laurier. (…). C’est avec joie que je vais venir y séjourner plus fréquemment, apprendre à connaître la réalité de ce diocèse et essayer de trouver les voies d’avenir qui vont correspondre aux espoirs et aux besoins de l’Église dans ce coin du monde.» – Mgr Paul-André Durocher

«Dans l’Église, les structures doivent servir la mission de l’Église, d’abord et avant tout. Il faut garder ça en tête et être clair: qu’est-ce qui va permettre à la mission de l’Église d’avancer le plus possible, dans le contexte actuel?» – Mgr Paul-André Durocher

Faits saillants

La renonciation d’un évêque est prévue au sein de l’Église catholique lorsque ce dernier atteint l’âge de 75 ans. Il doit alors présenter sa démission au pape.

Mgr Lortie collaborera à certains ministères dans le diocèse de Québec, sous la direction du cardinal Lacroix.

En plus de sa mission pastorale au cours des sept dernières années, Mgr Lortie a, entre autres, tenu deux forums sur l’avenir des paroisses au niveau administratif, participé à des rassemblements diocésains pour la famille et pour les jeunes adultes dans le cadre du sacrement de la confirmation.

Si le diocèse de Mont-Laurier ne disparaît pas après l’étude qui sera menée par Mgr Durocher, un nouvel évêque succèdera à Mgr Lortie.

De l’avis de Mgr Durocher, l’étude sur la pertinence d’annexer le diocèse de Mont-Laurier aux diocèses avoisinants se déroule dans le contexte plus global de la reconfiguration des territoires paroissiaux au Canada.

En Ontario, en Nouvelle-Écosse ou encore à Terre-Neuve-et-Labrador, des diocèses ont déjà été annexés ou jumelés.

Les diocèses de Mont-Laurier, Gatineau, Amos et Rouyn-Noranda forment la province ecclésiastique de Gatineau. C’est l’archevêque de Gatineau qui est à sa tête.

Subdivisé au diocèse d’Ottawa en 1913, le diocèse de Mont-Laurier couvre 19 968 km2 en Outaouais et dans les Laurentides. Il compte 35 prêtres.

Ce qu’il faut retenir

Né à Beauport en 1944 et nommé en 2012 évêque de Mont-Laurier par le pape Benoît XVI, Mgr Paul Lortie, âgé de 75 ans, a remis sa renonciation au pape François. Il ira désormais vivre à l’archevêché de Québec.

L’Histoire dira si Mgr Paul Lortie aura été le dernier évêque du diocèse. Au lieu d’un nouvel évêque, le pape a en effet choisi d’y nommer l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, en qualité d’administrateur apostolique. Né en 1954 à Windsor (Ontario) et nommé archevêque de Gatineau en 2011, Mgr Durocher aura toute l’autorité d’un évêque diocésain.

Mgr Durocher devra remettre à Rome une étude sur la possibilité de partager le territoire du diocèse de Mont-Laurier avec d’autres.

Ce qu’ils ont dit

«J’ai été très chanceux d’avoir été choisi pour venir dans le diocèse de Mont-Laurier. J’ai eu la chance de collaborer avec plusieurs fidèles dans la majorité des communautés chrétiennes du diocèse (…).» – Mgr Paul Lortie

«J’accueille ce mandat qui m’est donné par le pape dans un esprit de service pour le diocèse de Mont-Laurier. (…). C’est avec joie que je vais venir y séjourner plus fréquemment, apprendre à connaître la réalité de ce diocèse et essayer de trouver les voies d’avenir qui vont correspondre aux espoirs et aux besoins de l’Église dans ce coin du monde.» – Mgr Paul-André Durocher

«Dans l’Église, les structures doivent servir la mission de l’Église, d’abord et avant tout. Il faut garder ça en tête et être clair: qu’est-ce qui va permettre à la mission de l’Église d’avancer le plus possible, dans le contexte actuel?» – Mgr Paul-André Durocher

Faits saillants

La renonciation d’un évêque est prévue au sein de l’Église catholique lorsque ce dernier atteint l’âge de 75 ans. Il doit alors présenter sa démission au pape.

Mgr Lortie collaborera à certains ministères dans le diocèse de Québec, sous la direction du cardinal Lacroix.

En plus de sa mission pastorale au cours des sept dernières années, Mgr Lortie a, entre autres, tenu deux forums sur l’avenir des paroisses au niveau administratif, participé à des rassemblements diocésains pour la famille et pour les jeunes adultes dans le cadre du sacrement de la confirmation.

Si le diocèse de Mont-Laurier ne disparaît pas après l’étude qui sera menée par Mgr Durocher, un nouvel évêque succèdera à Mgr Lortie.

De l’avis de Mgr Durocher, l’étude sur la pertinence d’annexer le diocèse de Mont-Laurier aux diocèses avoisinants se déroule dans le contexte plus global de la reconfiguration des territoires paroissiaux au Canada.

En Ontario, en Nouvelle-Écosse ou encore à Terre-Neuve-et-Labrador, des diocèses ont déjà été annexés ou jumelés.

Les diocèses de Mont-Laurier, Gatineau, Amos et Rouyn-Noranda forment la province ecclésiastique de Gatineau. C’est l’archevêque de Gatineau qui est à sa tête.

Subdivisé au diocèse d’Ottawa en 1913, le diocèse de Mont-Laurier couvre 19 968 km2 en Outaouais et dans les Laurentides. Il compte 35 prêtres.

L’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, agira à titre d’administrateur apostolique dans le diocèse de Mont-Laurier 2019 (photo: gracieuseté – Diocèse de Mont-Laurier).
Partager:

Simon Dominé , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer