Partager:
9 juillet 2019

Corporation du Centre d’interprétation

Le remorqueur Pythonga ouvert et les canots Rabaskas bientôt disponibles

Le remorqueur Pythonga a ouvert ses portes pour la saison estivale le 20 juin dernier et les canots Rabaska sont disponibles depuis le 2 juillet. C’est ce qui a été annoncé le 19 juin au Château Logue de Maniwaki par le directeur général du Centre d’interprétation, François Ledoux, lors de la conférence de presse de la 7e édition du tournoi de golf conjoint du Centre d’interprétation et de la Fondation Santé Vallée-de-la-Gatineau.

Jordan Maheu , pigiste

Le Pythonga est maintenant ouvert au public, et ce, jusqu’au 25 août. Les visites sont gratuites et un guide est sur place en tout temps pendant les heures d’ouverture du jeudi au dimanche de 10h à 16h (photo: Jordan Maheu – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Le Pythonga est maintenant ouvert au public, et ce, jusqu’au 25 août. Les visites sont gratuites et un guide est sur place en tout temps pendant les heures d’ouverture du jeudi au dimanche de 10h à 16h (photo: Jordan Maheu – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).

Initialement prévue le 13 juin, l’ouverture du remorqueur Pythonga pour la saison estivale a été retardée de quelques jours. La durée de la crue des eaux a fait perdurer la fermeture de la rue des Oblats plus longtemps que prévu.

«La crue des eaux explique le retard, parce que le Pythonga n’était pas accessible au public à cause de l’inondation de la rue des Oblats», a affirmé le directeur général du Centre d’interprétation, François Ledoux.

L’ouverture des excursions en canot Rabaska était quant à elle prévue pour le début du mois de juin. Elle a aussi été retardée.

«Présentement, avec la crue des eaux, on n’a pas été capable de mettre à l’eau les canots Rabaska. On attend que l’eau baisse encore un peu pour que le quai public soit dégagé de la boue laissée par la crue des eaux», a expliqué François Ledoux.

Le Pythonga sera ouvert tout l’été du jeudi au dimanche de 10h à 16h, et ce, jusqu’au 25 août. Les visites sont gratuites et un guide est sur place en tout temps pendant les heures d’ouverture. Les canots Rabaska sont quant à eux être disponibles du 2 juillet au 18 septembre de 9h à 19h. Les réservations pour les randonnées en canot Rabaska sont aussi gratuites.

L’intérêt de la population

Selon M. Ledoux, l’intérêt de la population envers le remorqueur Pythonga serait autant, sinon plus, populaire que le musée. Il a même mentionné que l’an dernier, le Pythonga aurait eu plus de visiteurs que le Centre d’interprétation.

«C’est dû à la localisation du Pythonga qui est en plein centre-ville au bord de la rivière. Beaucoup de gens arrêtent rapidement une trentaine de minutes tandis que la visite du Centre d’interprétation demande un peu plus de temps», a expliqué François Ledoux.

Du côté des randonnées en canot Rabaska, l’intérêt semble moins grand. L’an passé, un peu plus de 36 personnes auraient réservé ces grands canots d’écorce qu’utilisaient les Amérindiens.

Centre d’interprétation

Depuis la cessation d’aide financière du ministère de la Culture et des Communications et la fermeture du bâtiment patrimonial, la corporation du Centre d’interprétation a encore plus besoin d’aide de la population. Pour le moment, le soutien financier de la Ville de Maniwaki permet au Centre d’interprétation de garder la tête au-dessus de l’eau, mais tout est incertain pour les années à venir.

La Ville de Maniwaki aura besoin du soutien d’autres partenaires financiers pour maintenir la survie du Centre d’interprétation sans quoi la mairesse a laissé sous-entendre que la fermeture permanente du Centre d’interprétation pourrait devenir inévitable.

«On travaille présentement à voir si on va pouvoir avoir d’autres partenaires avec nous pour poursuivre la mission du Centre d’interprétation. […] Au fil des ans, si la Ville est toujours seule à soutenir le Centre d’interprétation, on sera seul, mais on va avoir des décisions à prendre», a affirmé la mairesse de Maniwaki, Francine Fortin.

Rappelons la fermeture pour la saison estivale du Centre d’interprétation de la protection de la forêt contre le feu de Maniwaki en raison de l’insalubrité du bâtiment l’abritant.

Partager:

Jordan Maheu , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer