Partager:
25 juin 2019

Lancement du livre «Les Bois-Brûlés de l’Outaouais»

Avec «Les Bois-Brûlés de l’Outaouais», dont le lancement a eu lieu le 22 juin dernier au Château Logue de Maniwaki, les auteurs Michel Bouchard, Sébastien Malette et Guillaume Marcotte publient une étude ethnoculturelle de la communauté métisse de la Vallée de-la-Gatineau.

Lyne Bélisle , Pigiste

 Les auteurs de gauche à droite: Michel Bouchard, Sébastien Malette et Guillaume Marcotte (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Les auteurs de gauche à droite: Michel Bouchard, Sébastien Malette et Guillaume Marcotte (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).

Manifestement, les auteurs sont des hommes passionnés. De toute évidence, énormément de recherches et d’études sérieuses ont été entreprises dans ce parcours. C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de conviction qu’ils exposent et présentent leur livre.

En adoptant une approche comparative, les auteurs présentent l’ouvrage: «Les Métis ont longtemps été cantonnés à l’ouest du Canada dans l’imaginaire collectif. La question demeure d’actualité selon le refus de certains de reconnaître la présence historique de Métis au Québec. (…) Cet ouvrage documente l’histoire d’une collectivité métisse longtemps occultée, en rassemblant une quantité impressionnante de données archivistiques et orales inédites».

Dolorès Gosselin tenait absolument à être présente pour le lancement du livre. À l’âge vénérable de 86 ans, elle s’est déplacée du Manitoba jusqu’en Outaouais pour l’événement.

«Il y a longtemps déjà que j’ai compris que je devais me réconcilier avec mes racines métisses. Pendant des années j’ai souffert d’un conflit intérieur, qui opposait mon coté femme blanche à mon coté femme indigène. (…) Aujourd’hui, je peux sincèrement dire que je suis comblée et fière de mon parcours (…)», a témoigné Mme Gosselin.

Selon plusieurs personnes présentes, dont David Nault, «(…) Il faut en parler haut et fort. Nous devons conscientiser les gens à la réalité des Métis autochtones de la Gatineau (…)».

Lors de son allocution, Serge Paul, chef de la communauté Métis Autochtone de Maniwaki, a fait une brève mise à jour des procédures judiciaires en cours: «La quête de la reconnaissance et des droit ancestraux est difficile pour la communauté Métis autochtone. Qu’à cela ne tienne, nous avons espoir et nous sommes persistants (…)».

Une séance de dédicace a suivi les présentations des auteurs, qui ont conquis l’auditoire déjà fort intéressé par le sujet. Le livre «Les Bois-Brûlés de l’Outaouais» est disponible en librairie depuis le 31 mai 2019.

Dolorès Gosselin, grand-mère métisse de la Rivière Rouge (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Partager:

Lyne Bélisle , Pigiste

Lyne Bélisle

  • Courriel

À ne pas manquer