Partager:
12 juin 2019

Pénurie de main-d’œuvre

Les métiers spécialisés alléchants pour les personnes immigrantes

Une meilleure intégration et rétention des immigrants dans le marché du travail est une des solutions à la rareté de travailleurs dans la Vallée-de-la-Gatineau, mais ce n’est pas une solution miracle. Selon le Carrefour jeunesse emploi de la Vallée-de-la-Gatineau (CJEVG), ce sont majoritairement les offres de métiers spécialisés qui sont comblées par les nouveaux arrivants.

Jordan Maheu , pigiste

L’agente d’accueil, d’intégration et de rétention de Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau, Mélanie Marchand, et l’agente de migration de Place aux jeunes Vallée-de-la-Gatineau, Marie Saumure, au Salon de l’immigration et de l’intégration au Québec (photo: gracieuseté – Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau).
L’agente d’accueil, d’intégration et de rétention de Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau, Mélanie Marchand, et l’agente de migration de Place aux jeunes Vallée-de-la-Gatineau, Marie Saumure, au Salon de l’immigration et de l’intégration au Québec (photo: gracieuseté – Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau).

«C’est certain que l’immigration est une solution à la rareté de la main-d’œuvre, mais pour la Vallée-de-la-Gatineau, c’est toujours en lien avec des offres de métiers spécialisés. Ici, le service pour l’immigration est plutôt en placement et établissement», a précisé la directrice du Carrefour jeunesse emploi de la Vallée-de-la-Gatineau, Sophie Beaudoin.

La Vallée-de-la-Gatineau était d’ailleurs représentée au Salon de l’immigration et de l’intégration à Montréal les 29 et 30 mai derniers. L’agente d’accueil, d’intégration et de rétention de Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau, Mélanie Marchand, et l’agente de migration de Place aux jeunes Vallée-de-la-Gatineau, Marie Saumure, y étaient présentes afin de promouvoir les différentes offres d’emplois spécialisées dans la Vallée-de-la-Gatineau. Les domaines de la santé, de l’éducation, de la foresterie et du transport de machinerie lourde sont entre autres en demande dans la région.

«Quand on part pour aller recruter, on ne va pas recruter pour des restaurants rapides et ces choses-là parce que c’est un besoin partout au Québec. C’est certain que si la personne habite à Montréal, elle ne déménagera pas à Maniwaki pour venir travailler dans un restaurant rapide», a expliqué la directrice du Carrefour jeunesse emploi de la Vallée-de-la-Gatineau, Sophie Beaudoin.

La présence de Mme Marchand et Mme Saumure au Salon a été bénéfique. Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau et Place aux jeunes Vallée-de-la-Gatineau se sont démarquées parmi plus de 230 kiosques présents à la 8e édition de l’événement.

«On a eu une quarantaine de candidats potentiels. En ce moment, on a recontacté les candidats et on a envoyé les offres d’emplois. On est maintenant en mode attente pour voir les résultats», a expliqué l’agente d’accueil, d’intégration et de rétention de Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau, Mélanie Marchand.

Un travail d’intégration

Le travail de Mélanie Marchand de Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau ne s’arrête pas à trouver un emploi aux personnes immigrantes. Elle les aide aussi à se loger et effectue des suivis avec eux pour vérifier si tout se déroule convenablement.

«On est rendu au point de sensibiliser un peu plus les employeurs et de faire des suivis auprès des personnes embauchées pour savoir si ça va bien au travail parce que la réalité ici n’est pas pareille», a dit l’agente d’accueil, d’intégration et de rétention de Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau, Mélanie Marchand.

À ce sujet, l’Institut du Québec (IDQ) a affirmé dans une étude sur le seuil d’immigration que «plus l’intégration sera rapide et efficace, plus la contribution des immigrants à l’économie et à la qualité de vie de ses habitants sera importante».

L’arrivée du Dr Malek Tabbara du Liban à l’hôpital de Maniwaki est un bon exemple du soutien offert par Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau aux nouveaux arrivants. Le nouveau chirurgien de l’hôpital de Maniwaki a reçu l’aide de Mme Marchand au cours des dernières semaines pour trouver un logement et inscrire son petit garçon à l’école pour l’automne prochain. Avec l’aide de Complicité Emploi Vallée-de-la-Gatineau, l’intégration de M. Tabbara et sa famille sera rapide et efficace. Le chirurgien devrait entrer en fonction au courant du mois de juin.

Selon l’Enquête nationale auprès des ménages effectuée par Statistique Canada, la Vallée-de-la-Gatineau comptait, en 2011, 250 personnes immigrantes.

Partager:

Jordan Maheu , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer