Partager:
5 juin 2019

Disparition de Christine Thibault

Toujours sans nouvelles 10 ans plus tard

C’était le 10 juin 2009. La Vallée-de-la-Gatineau et ses alentours étaient dans l’incompréhension et dans le drame. Après avoir quitté son domicile au volant de son véhicule, Christine Thibault n’est plus jamais revenue à la maison. À ce jour, ni Mme Thibault ni sa voiture n’ont été retrouvées. Son conjoint, Jacques Gauvreau, et sa fille, Cynthia Thibault Paradis, se sont entretenus avec Le Choix.

Jordan Maheu , pigiste

Christine Thibault a disparu il y a 10 ans. (photo: gracieuseté – Jacques Gauvreau).
Christine Thibault a disparu il y a 10 ans. (photo: gracieuseté – Jacques Gauvreau).

«On ne veut pas que la population l’oublie. Chaque année, on a émis un rappel à la population à travers les médias de la région et on renouvelle régulièrement nos affiches d’avis de recherche un peu partout dans les lieux publics, mais avec le temps ce n’est plus autant d’actualité pour les gens. On veut ramener ça d’actualité et que les gens se souviennent d’elle», confie le conjoint de Christine Thibault, Jacques Gauvreau.

La dame originaire de Maniwaki aurait été vue au casse-croute La Fringale à l’heure du dîner, ainsi que vers 15 h alors qu’elle sortait de chez une amie à Maniwaki. Par la suite, elle aurait été vue pour la dernière fois vers 18 h 30 sur le pont de la rivière Désert.

«Quelqu’un l’a vue après qu’elle ait traversé le pont, mais cette personne n’est pas allée voir la police. C’est difficile de croire le contraire», a mentionné Jacques Gauvreau.

«On ne peut pas commencer à soupçonner, mais je ne peux pas croire qu’il n’y a personne quelque part qui sache quelque chose ou qu’il l’aurait rencontré quelques jours après», renchérit la fille de Mme Thibault, Cynthia Thibault Paradis.

Au moment de sa disparition, Christine Thibault avait 58 ans. Elle mesurait 5`5 et pesait 125 livres. Elle avait les cheveux noirs et les yeux bruns. Elle a un grain de beauté au-dessus de la lèvre supérieure. Elle portait un gilet noir à manches courtes et des sandales brunes à talons hauts.

Le sergent et agent aux communications de la Sûreté du Québec (SQ), Marc Tessier, a confirmé que «le dossier est toujours actif, mais qu’il n’a pas eu de nouveaux éléments».

Plusieurs recherches, mais sans succès

Depuis ce temps, de nombreuses recherches ont été effectuées sur le territoire pour tenter de retrouver Mme Thibault ou son véhicule, mais celles-ci se sont avérées infructueuses. La SQ avait entre autres lancé un appel plus particulier aux chasseurs qui circulent en forêt, au cas où ils apercevraient un véhicule abandonné. Son véhicule était une Ford Focus 2001 de couleur verte immatriculée 099 MSL. Il y avait une plaque de style européen à l’avant du véhicule.

«Il faut comprendre que dans ce dossier-là, le véhicule n’a pas été trouvé. On a souvent fait appel aux travailleurs forestiers, aux chasseurs, aux randonneurs et aux plongeurs afin qu’ils gardent l’œil ouvert. C’est sûr que si on était en mesure de relocaliser le véhicule, ça pourrait donner un autre souffle à l’enquête parce qu’on aurait un secteur spécifique à vérifier», affirme le sergent de la SQ, Marc Tessier.

Travail de la SQ

Le conjoint et la fille de Christine Thibault se disent satisfaits du travail effectué par la SQ. Ils sont conscients que sans indice, le travail des enquêteurs est complexe.

«Il y a eu un bon suivi. Lors de la première année, la SQ nous contactait chaque semaine. Maintenant, l’enquêteur responsable nous contacte une fois par année. Ça doit aussi être douloureux pour eux de nous appeler pour nous dire qu’ils n’ont rien de nouveau. Il faut aussi être conscient qu’ils ont d’autres dossiers», mentionne Cynthia Thibault Paradis.

Toujours de l’espoir

Malgré l’absence de résultats ou d’indices, Jacques et Cynthia ont toujours espoir d’un jour avoir des réponses à leurs questions.

«Dix ans plus tard, nous sommes toujours là en gardant espoir. Je pense qu’on a appris à vivre avec ça en parallèle tout en sachant que c’est important de continuer notre vie si l’on veut continuer de traverser cette dure réalité en ayant espoir qu’un jour le dossier avance. Je me dis qu’un jour on va savoir ce qui s’est passé peu importe c’est quoi. Tant que tu n’as pas de réponses, tu ne peux pas perdre espoir», conclut la fille de Christine Thibault.

Toute information sur cette disparition peut être transmise à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Partager:

Jordan Maheu , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer