Partager:
21 mai 2019

Maison de la culture de la Vallée-de-la-Gatineau

Une soirée spéciale de fermeture avec Mario Jean

Tout à fait à propos, Mario Jean a présenté son spectacle «Allez de l’avant» à l’Auditorium de la Cité étudiante de la Haute-Gatineau (CEHG), le 15 mai 2019.

Lyne Bélisle , Pigiste

 La famille Scullion. de gauche à droite: Josée, Ken et Shaun (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
La famille Scullion. de gauche à droite: Josée, Ken et Shaun (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).

Les spectateurs ont profité d’un dernier coup d’œil de l’Auditorium qui sera en rénovation à compter de novembre 2019; le bel emplacement est voué à devenir le siège officiel de la Maison de la culture de la Vallée-de-la-Gatineau (MCVG) qui aura une capacité de 423 places.

C’est avec plaisir que les spectateurs de la dernière heure ont accueilli l’artiste qui les a généreusement transportés dans la bonne humeur et avec humour vers l’acceptation du changement et avec une vision positive du demain.

L’important, c’est d’avancer

Il faudra patienter avant de pouvoir assister à un spectacle dans la nouvelle salle de la MCVG. Le début du projet de rénovation de l’Auditorium est prévu pour cet automne.

Parmi les spectateurs présents, Line Gravel a livré ce commentaire: «On a pris l’habitude de venir assister aux spectacles présentés par la Maison de la culture. Faut dire que nous avons été gâtés par les artistes qui sont venus nous voir ici à Maniwaki».

Pour plusieurs, les spectacles présentés par la MCVG étaient devenus une raison de sortie entre amis afin de rire, chanter et rêver; une rencontre intime d’émotions entre des proches et souvent une heureuse occasion de retrouvailles impromptues. Des présentations de spectacles variés qui ont tissé des liens intergénérationnels et qui stimulaient les discussions avant et après.

La famille Scullion – Ken, Shaun et Josée – en témoigne: «Nous allons devoir trouver autre chose jusqu’à l’ouverture de la nouvelle salle. Il y en avait vraiment pour tous les goûts mais il faut aller de l’avant et nous avons bien hâte de voir et d’assister à un spectacle dans la nouvelle salle. Ça va être sûrement très beau».

Pour sa part, Ann Chauvin pense qu’il est «dommage que la MCVG ne pouvait continuer avec l’Auberge du Draveur jusqu’à ce que l’autre salle soit prête pour nous accueillir».

Depuis 1999, la salle en formule cabaret de l’Auberge du Draveur se prêtait quand même bien pour les spectacles; celle-ci accueillait confortablement les gens et accommodait bien les artistes. Le conseil d’administration a exploré la possibilité de poursuivre avec une programmation juxtaposée au projet mais les circonstances n’étaient pas viables.

«Malgré qu’une majorité des spectacles étaient presqu’à guichet fermé, nous ne pouvions justifier les dépenses pour entretenir la présentation de ceux-ci conjointement avec le projet de construction de la nouvelle salle. Donc, nous avons décidé d’interrompre la programmation le temps de s’installer officiellement», a expliqué le président de la MCVG, Michel Gauthier.

Malgré le fait que les spectateurs sont désolés de l’interruption temporaire de la programmation, ils sont tout de même très enthousiastes de savoir que la MCVG aura sa propre maison dans un avenir rapproché.

Le rideau tombe pour quelque temps

Ce n’est pas de gaieté de cœur que Christiane Langevin, coordonnatrice d’événements et déléguée administrative de la MCVG, devra tirer sur le rideau sur neuf ans de service. Compte tenu des circonstances, elle devra réorienter ses compétences et son énergie vers d’autres avenues.

«(…) je vais au moins prendre l’été pour réfléchir et prendre une décision à savoir si je vais reprendre du service; deux ans c’est long pour un arrêt de travail. J’ai souvent mis des bouchées doubles car j’aime ce que je fais; c’est un travail valorisant même si c’est parfois très demandant. La logistique, la promotion, la gestion administrative des dossiers et toutes les tâches regroupées autours de l’organisation d’un spectacle ne sont pas simples ou faciles. Les négociations et ententes avec les maisons de production en particulier sont souvent ardues. Tout de même, j’ai fait plusieurs rencontres formidables et enrichissantes (…)», a-t-elle témoigné.

À l’accueil, les préposées – qui sont des bénévoles – sont également navrées de devoir suspendre le service pour plusieurs mois, mais espèrent avoir la possibilité de reprendre la tâche dès l’inauguration de la nouvelle salle. Christianne Cloutier dit qu’«Une camaraderie récurrente s’était installée et sera manquée».

C’est en 1999 que la Maison de la culture de la Vallée-de-la-Gatineau présentait son premier spectacle.

«Je suis très fier du travail accompli jusqu’à maintenant. Plusieurs se sont investis et ont contribué à réaliser un tel projet pour la Vallée-de-la-Gatineau. La MCVG est une entité à l’épanouissement régional; une réalité incontournable et essentielle à la culture. Soyez assuré que je vous tiendrai au courant régulièrement des développements du projet de construction de la nouvelle salle. L’ouverture officielle de celle-ci se fera avec un gros boum! À la hauteur de l’événement!», a promis M. Gauthier.

Entre temps, ce ne sont pas les activités qui manquent dans la région. Concerts, danse, festivals, patrimoine, ateliers de lecture, animation pour tout la famille, expositions etc., …: de nombreuses sorties sont offertes toute l’année dans la région pour se divertir, apprendre, découvrir et explorer.

Michel Gauthier, Président de la Maison de la culture de la Vallée-de-la-Gatineau (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Le conseil d’administration et les employés de la Maison de la culture (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Christiane Langevin, coordonnatrice d’événements et déléguée administrative de la MCVG (photo: Lyne Bélisle – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Partager:

Lyne Bélisle , Pigiste

Lyne Bélisle

  • Courriel

À ne pas manquer