Partager:
17 mai 2019

La Québécoise de Maniwaki rend hommage aux bénévoles

C’est à l’occasion d’un tout premier 5@7 au Château Logue le jeudi 9 mai, que Madeleine Saumure, présidente de La Québécoise a rendu hommage aux personnes qui ont fait un apport exceptionnel à l’essor de l’organisme, à titre de bénévole.

Lyne Bélisle , Pigiste

Les membres de La Québécoise. De gauche à droite: Suzanne Lafond, Madeleine Saumure. Muguette Céré, Monique L. Fortin, Nicole Lafond, Marie-Anne Poulin, Kalie Galipeau, Joanne Lachapelle, Megan Rozon, Lise Ryan, directrice. En arrière: Francesca Brazeau et Maude Carpentier (photo: gracieuseté – Sébastien McNeil).
Les membres de La Québécoise. De gauche à droite: Suzanne Lafond, Madeleine Saumure. Muguette Céré, Monique L. Fortin, Nicole Lafond, Marie-Anne Poulin, Kalie Galipeau, Joanne Lachapelle, Megan Rozon, Lise Ryan, directrice. En arrière: Francesca Brazeau et Maude Carpentier (photo: gracieuseté – Sébastien McNeil).

Qu’ils œuvrent ou aient œuvré au sein du conseil d’administration, à l’organisation ou au soutien d’activités, ou consacré du temps à des tâches administratives, tous les bénévoles sont importants et méritent de recevoir un témoignage d’appréciation.

«(…) de toute évidence, les bénévoles sont essentiels et c’est pourquoi nous avons décidé de vous remercier publiquement. Indispensabilité, engagement, intégrité, motivation, persévérance et don de soi, voilà des qualités qui vous représentent et qui inspirent aussi à donner au suivant (…)», a lancé Mme Saumure.

Créateurs d’impact

En décembre 2018, Loisir Sport Outaouais (LSO) décernait un prix sous le programme Créateurs d’impact à La Québécoise. Cette attestation souligne et met en lumière le rôle important des bénévoles de l’Outaouais.

Marguerite Poelman, agente de développement de LSO a tenu être présente à la cérémonie afin d’adresser quelques mots de reconnaissance aux bénévoles: «La remise du prix Créateurs d’impact est un honneur que La Québécoise a bien mérité. Il s’agit là d’une haute distinction qui vise à mettre en valeur le soutien inestimable des bénévoles engagés au développement de leur communauté et au bien être des citoyens. Ce prix vise également à souligner le travail ardu des organismes tels La Québécoise de Maniwaki».

Bravo aux bénévoles

Offrir de son temps ainsi que ses capacités pour aider les autres ou pour permettre à La Québécoise de bien fonctionner autour de la Pakwaun et l’Arbre des petits anges est un geste qui mérite d’être souligné avec honneur.

Les bénévoles suivants ont été remerciées pour leurs années de services: Marie-Anne Poulin (10 ans), Nicole Lafond (25 ans), Suzanne Lafond (35 ans) Monique L. Fortin (31 ans), Joanne Lachapelle (21 ans), Alexandra Paul (9 ans), Megan Rozon (4 ans), Pauline Marcil (4 ans), Francesca Brazeau (4 ans), Maude Carpentier (3 ans), Kalie Galipeau (3 ans), Meggy Courchaine (1 an), Lise Ryan (37 ans), Muguette Céré (36 ans), Madeleine Saumure (11 ans).

Muguette Céré passe le flambeau

C’est en 1982 que Muguette Céré fonde, avec l’appui de certaines collègues, l’organisme qui, à l’origine, était connu sous Le Club Richelieu de Maniwaki. Il est devenu La Québécoise en 2018.

Lise Ryan, directrice du conseil d’administration et aussi membre fondatrice, a pris la parole: «Quand nous rendons hommage à une grande bénévole comme Muguette, nous réalisons assez rapidement que notre vocabulaire est bien limité pour offrir un hommage à la hauteur d’une femme aussi exceptionnelle et dévouée, faisant preuve d’un don de soi sans limite et qui n’attend rien en retour de sa bonté et de sa grande générosité».

Mme Céré a été visiblement touchée par tous ces témoignages de gratitude. Elle tire sa révérence de La Québécoise; toutefois elle continuera son implication dans l’organisation de l’Arbre des petits anges.

Distribution de bourses

Des organisations importantes se sont méritées des bourses, provenant de fonds amassés lors de la Pakwaun. Celles-ci ont été remises à la Vallée jeunesse (200$), au Carrefour jeunesse emploi (200$), la Bourse pour les finissants de CEHG (250$), la Bourse pour les finissants du Cœur-de-la-Gatineau (250$), la Chorale du Rucher (500$), les Cadets (500$), le Camp Le Terrier (600$).

Les Trois Fleurs de la Pakwaun avec le Bonhomme Siffleux: Alexandra Whiteduck, Sarah Pagette, Kelly Bruno (photo: gracieuseté – Sébastien McNeil).
Partager:

Lyne Bélisle , Pigiste

Lyne Bélisle

  • Courriel

À ne pas manquer