Partager:
14 mai 2019

Foyer Père Guinard

Le niveau d’eau de la rivière Désert force une évacuation préventive

En raison de la montée du niveau d’eau de la rivière Désert, 67 résidents ont été évacués du foyer Père Guinard le 13 mai dernier. Selon le Comité de régularisation de la rivière des Outaouais, le niveau de l’eau devrait augmenter de 32 cm d’ici le 15 mai.

Jordan Maheu , pigiste

Le Centre d’hébergement foyer Père Guinard en processus d’évacuation en raison de la montée du niveau d’eau de la rivière Désert (photo: Jordan Maheu – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Le Centre d’hébergement foyer Père Guinard en processus d’évacuation en raison de la montée du niveau d’eau de la rivière Désert (photo: Jordan Maheu – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).

Les résidents ont été temporairement relocalisés au Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Gracefield, à la salle communautaire du centre Donat-Hubert de Bois-Franc, à l’église du Christ-Roi de Maniwaki et au centre Jean Bosco.

«Ce qu’il faut savoir c’est qu’on apporte les lits. On a construit des cubicules en fin de semaine. C’est sûr que c’est temporaire, mais c’est suffisamment confortable et respectueux pour la vie privée de nos résidents», a affirmé le chef des services de communication et des relations avec les médias du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSO), Bruno Desjardins.

Ce dernier a aussi mentionné qu’il est difficile de prédire la durée de l’évacuation, mais que ça pourrait durer deux semaines.

«On ne fait pas ça pour deux jours alors on parle minimalement d’une semaine, peut-être deux. Dame Nature va nous dicter la durée de l’évacuation. On souhaite qu’elle soit la plus courte possible, mais on va attendre que ce soit sécuritaire avant de ramener nos résidents au foyer Père Guinard», a dit Bruno Desjardins.

Le plan d’évacuation du CISSO a été élaboré en partenariat avec la Ville de Maniwaki, le ministère de la Sécurité publique et Hydro-Québec. Le CISSO procédera à l’installation de digues de sable afin de protéger l’établissement.

«La Ville fournit les sacs de sable et on va travailler en collaboration avec le CISSO s’il faut endiguer le foyer. Il y avait un certain niveau à atteindre pour procéder à l’évacuation et c’est atteint, mais il ne faut pas nécessairement s’attendre à ce que mercredi après-midi l’eau soit à la porte», a mentionné la mairesse de Maniwaki, Francine Fortin.

Le député de la circonscription provinciale de Gatineau, Robert Bussière assure quant à lui que la construction d’un nouveau bâtiment à l’extérieur de la zone inondable pour accueillir le CHSLD de Maniwaki sera faite pendant son mandat.

«La date exacte, je ne peux pas vous le dire, mais ça va se réaliser au cours de ce mandat-ci. […] Il faut prendre le temps de se doter d’un projet dont on va être fier. Il faudra construire de la qualité et non pas construire n’importe quoi juste pour construire rapidement», a insisté Robert Bussière.

Le même scénario avait eu lieu en 2017. Toutefois, l’évacuation avait été faite d’urgence et non de manière préventive.

En date du 13 mai, l’eau de la rivière Désert a atteint la moitié de la rue des Oblats de Maniwaki (photo: Jordan Maheu – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
Partager:

Jordan Maheu , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer