Partager:
24 avril 2019

Route 105

Gracefield obtient une réduction de la vitesse à la sortie de la ville

Les citoyens de Gracefield ont été entendus: une réduction de 10 km/h a été mise en place le 7 avril dernier par le ministère des Transports du Québec (MTQ), faisant passer la vitesse de 80 à 70 km/h à la sortie de la ville. Vent de satisfaction pour le conseil municipal qui a été tenace dans sa demande. Les citoyens de Gracefield demandaient la réduction de la vitesse à la sortie de leur ville. Bien que l’entrée de celle-ci ait été réglementée à 50 km/h depuis longtemps, quitter Gracefield pouvait se faire, avant le 7 avril 2019 dernier, à une vitesse qui engendrait un manque de sécurité pour les usagers de cet environnement selon le maire Réal Rochon.

Kathleen Godmer , Journaliste

À la sortie de la ville de Gracefield, la limitation de vitesse est passée de 80 km/h à 70 km/h (photo: Kathleen Godmer – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).
À la sortie de la ville de Gracefield, la limitation de vitesse est passée de 80 km/h à 70 km/h (photo: Kathleen Godmer – Le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau).

Le conseil municipal n’était pas sourd aux demandes répétées des citoyens mais devait se faire entendre par le MTQ pour obtenir cette réduction de vitesse sur cette artère où il n’avait pas juridiction.

Délais justifiés

Le maire de Gracefield quantifie à deux ou trois les demandes qui ont été déposées par le conseil municipal à ce sujet au MTQ avant que celui-ci ne pose un geste concret en abaissant la vitesse dans ce secteur.

Du côté du ministère, on précise que la résolution du conseil municipal de Gracefield a été reçue le 9 novembre 2016 mais qu’une étude de vitesse devait être effectuée. Celle-ci a duré entre trois et quatre mois, amenant le ministère à entamer les démarches de modification de la vitesse seulement en janvier 2018.

«Le ministère est conscient des délais mais il priorise les dossiers où il y a enjeux de sécurité. Notons qu’à cet endroit, les données sur les accidents ne démontrent pas l’existence d’une problématique», souligne Rosalie Faubert, conseillère en communication au MTQ pour la Direction de l’Outaouais.

Selon M. Rochon, la présence de plusieurs enfants dans ce secteur de la municipalité, la venue de la COOP BMR et du service ambulancier engendraient un va-et-vient supplémentaire sur cette section de route. Le ministère note cette zone «un peu urbanisée» avec moins de domiciles privés et commerciaux que dans la zone de 50 km/h. La moyenne de vitesse des automobilistes avant la modification était de 82 km/h.

Diminution de vitesse déjà ressentie

«Nous voulions donner une chance à tous de sortir», explique M. Rochon en parlant des véhicules qui fréquentaient les entrées et sorties des lieux situées dans cet espace problématique. «Les gens arrivaient vite au détour», précise-t-il alors qu’il voit déjà une diminution de la vitesse bénéfique pour les usagers.

Depuis la mise en place du 70 km/h, annoncé près d’un mois et demi avant sa mise en opération, M. Rochon et son équipe (qui travaillent de pair avec la Sûreté du Québec qui assure une surveillance accrue dans le secteur), note déjà une amélioration. Le ministère précise qu’un suivi de la diminution de la vitesse pour cette zone sera effectué dans les prochaines années.

Extraction: «Le ministère est conscient des délais mais il priorise les dossiers où il y a enjeux de sécurité.» – Rosalie Faubert, conseillère en communication au MTQ

Partager:

Kathleen Godmer , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer