Partager:
23 avril 2019

Le public local s’entiche du jeune auteur-compositeur-interprète

Émile Bilodeau dans une merveilleuse «québécitude» candide

L’authentique Émile Bilodeau a partagé ses passions avec son public le 20 avril 2019 à l’Auberge du Draveur de Maniwaki.

Lyne Bélisle , Pigiste

Émile Bilodeau, lors de son passage à l’Auberge du Draveur (photo: gracieuseté – Sébastien McNeil, Maison de la culture de la Vallée-de-la-Gatineau).
Émile Bilodeau, lors de son passage à l’Auberge du Draveur (photo: gracieuseté – Sébastien McNeil, Maison de la culture de la Vallée-de-la-Gatineau).

Sur un rythme parfois folk, parfois rock ou blues, Émile Bilodeau se distingue par sa voix gaie au ton chantant et des textes qui bousculent. Pour le plus grand plaisir de ses fans, l’artiste a enfilé les chansons favorites de son album «Rites de passage». Parmi les chansons présentées, les spectateurs ont pu entendre, entre autres, «Ça va», «J’en ai plein mon cass» et «Crise existentielle», qui ont tout de suite produit une chorale de spectateurs.

Complicité d’excellents musiciens sur scène, bon esprit, party qui lève, de la sueur et des émotions: c’était la thématique d’une soirée en feu. Un spectacle intime et joyeux qui a su raviver autant les fans invétérés que les non-initiés. Émile Bilodeau est l’incarnation de l’artiste qui projette qu’un bon show c’est donner et recevoir de son public, que ce soit pour 100 ou 1 000 personnes. Il a ravi une salle comble de 172 personnes.

Les spectateurs ont réclamé un rappel et Émile Bilodeau a acquiescé valeureusement même après s’être donné toute la soirée. C’est unanime, c’était un spectacle à voir pour enlever les blues d’avril 2019.

Partager:

Lyne Bélisle , Pigiste

Lyne Bélisle

  • Courriel

À ne pas manquer