Partager:
10 avril 2019

1 000 km de vélo en moins de 48 heures

De Blue Sea à Taïwan: Geoffroy Dussault, un modèle de détermination

Il a fait ses preuves comme jeune hockeyeur pour les Forestier de Maniwaki et a donné ses premiers véritables coups de pédales entre Blue Sea et Gracefield en empruntant le vélo de son grand-père. Maintenant cycliste à l’international, cet enfant de la région devenu grand a de quoi être fier. Il vient de remporter une course de 1 000 km réalisée en moins de 48 heures à Taïwan, en Asie, revenant donc au pays avec une bourse de 22 000$ en poche.

Hélène Desgranges , pigiste

Geoffroy Dussault a toujours le sourire lorsqu’il pédale (photo: gracieuseté – James Huang).
Geoffroy Dussault a toujours le sourire lorsqu’il pédale (photo: gracieuseté – James Huang).

Geoffrey Dussault est de retour au Québec après un voyage familial qui s’est achevé avec la première place dans un marathon de vélo de 1 000 km. Longtemps employé chez Louis Garneau, le jeune homme de Blue Sea, qui habite maintenant à Québec, a souvent eu l’opportunité de visiter l’Asie pour son travail.

Bien qu’il cumule déjà plusieurs expériences de vélo d’endurance autant au Québec qu’en Europe, il désirait accomplir le tour de l’île de Taïwan au moins une fois dans sa vie.

Lorsque, l’automne dernier, l’un de ses fournisseurs lui a parlé de cette course de 1 000 km, il a saisi l’occasion. Il ne se doutait pas qu’il allait remporter l’épreuve.

Premier défi: Blue Sea-Gracefield

Certains se souviendront de lui comme étant «L’Ange des Vents». Un journaliste l’avait ainsi nommé alors qu’il avait accompli ses premiers défis dont la traversée du Québec et du Canada en vélo. Mais d’autres l’auront plutôt remarqué alors qu’il donnait ses premiers coups de pédales sur la piste cyclable entre Blue Sea et Gracefield. Il avait 13 ans.

«J’avais pris le vieux Peugeot de mon grand-père pour faire ce parcours. Une fois, je me suis même levé à 6h du matin pour me rendre à l’école de Maniwaki en vélo!», se remémore-t-il. Il ne se souvient plus s’il avait eu le courage de revenir chez lui par le même moyen de transport mais l’expérience avait soulevé le respect de ses amis envers sa détermination et son envie de dépassement.

Geoffrey Dussault, cet athlète que sa mère Micheline Gauthier décrit comme «un petit garçon qui était très, très patient, déterminé et ambitieux dans les sports, avec beaucoup de potentiel et une bonne philosophie sportive», revient souvent dans la Vallée-de-la-Gatineau où il a grandi mais qu’il a dû quitter pour aller étudier.

«La région a une valeur sentimentale pour moi. J’apporte mon vélo et je redécouvre ses lacs, sa verdure…», mentionne M. Dussault. Sa famille possède toujours un chalet à Blue Sea; ne soyez donc pas surpris de le voir pédaler près de chez vous.

Il reste 1 000 km

La mère de Geoffroy Dussault souligne le sourire que son fils garde toujours au visage pendant ses courses alors que d’autres ne manifestent pas cet attribut lorsque c’est difficile. Elle raconte: «Au départ, à Taïwan, il a même sorti sa caméra et a dit en souriant: Il reste 1 000 km!»

Parions que c’est ce même grand sourire qu’il arborait alors que, s’entrainant pour la course Transcontinental d’Europe quelques années plus tôt, il a parcouru les 580 km séparant Québec de Blue Sea en 20 heures! «Ma tante m’attendait avec un steak d’orignal!», rigole l’athlète qui aime venir visiter sa grand-mère, ses oncles et tantes qui habitent la Vallée-de-la-Gatineau.

L’entretien avec Geoffroy Dussault est en soi une source de motivation… Souhaitons que sa détermination donne envie à d’autres d’emprunter un vieux vélo et de parcourir les pistes de la région car, aussi surprenant que cela puisse paraître, elles peuvent conduire jusqu’à l’île de Taïwan!

Geoffroy Dussault a profité de sa course à Taïwan pour voyager avec sa conjointe Inès Hamard et son fils de dix mois, Paul Dussault (photo: gracieuseté – James Huang).

«La région a une valeur sentimentale pour moi. J’apporte mon vélo et je redécouvre ses lacs, sa verdure…» – Geoffroy Dussault, cycliste originaire de Blue Sea

Partager:

Hélène Desgranges , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer