Partager:
6 novembre 2019

Hôpital de Maniwaki

Dr Malek Tabbara se plaît dans la Vallée-de-la-Gatineau

De Beyrouth à Maniwaki en passant par Boston, Paris et Montréal, le Dr Malek Tabbara se plaît maintenant dans sa nouvelle vie dans la Vallée-de-la-Gatineau. Détenant un contrat de cinq ans, le nouveau chirurgien de l'Hôpital de Maniwaki a bien l’intention de s’installer dans la région pour davantage d’années. 

Jordan Maheu , pigiste

 Le Dr Malek Tabbara ne ferme pas la porte au renouvellement de son contrat lors de son échéance dans cinq ans (photo : gracieuseté – CISSSO).
Le Dr Malek Tabbara ne ferme pas la porte au renouvellement de son contrat lors de son échéance dans cinq ans (photo : gracieuseté – CISSSO).

Cinq mois après son arrivée en poste, le Dr Tabbara apprécie déjà la région. Il qualifie la population comme étant « très accueillante et accommodante ». Ce dernier dit avoir du soutien de ses collègues et de la population locale autant au travail que dans la vie de tous les jours, ce qui lui permet de mieux se familiariser avec son nouvel environnement. 

Arrivé au mois de juin dernier, le Dr Tabbara a pu profiter et s’intéresser aux différents sites touristiques de la région durant la période estivale. 

« J’ai beaucoup apprécié le lac Blue Sea. Je n’y suis pas installé pour le moment, mais j’aimerais bien m’installer là-bas au cours des prochaines années. Le coin du Baskatong est aussi intéressant pour les activités en famille », a-t-il mentionné.

Tombant peu à peu sous le charme de la Vallée-de-la-Gatineau, Dr Tabbara ne ferme surtout pas la porte au renouvellement de son contrat lors de son échéance dans cinq ans. 

« Après l’échéance de mon contrat, si j’arrive à développer ma propre clientèle et ce que j’aime faire dans la région, alors oui, pourquoi pas, j’aimerais bien rester. Disons que même si Maniwaki est une région rurale, ça reste une région très proche d’Ottawa et de Gatineau. On n’est pas très loin de Montréal non plus », a affirmé le chirurgien. 

Le hasard fait bien les choses

Malgré plusieurs recherches du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), c’est par pur hasard que le Dr Tabbara a appris que l’Hôpital de Maniwaki recherchait un chirurgien. 

M. Tabbara était à la recherche d’un poste en chirurgie au même moment où l’Hôpital de Maniwaki subissait plusieurs bris de services en chirurgie générale. Il a alors été mis au courant de la situation à travers la couverture médiatique et a immédiatement contacté le CISSSO.

Pourquoi avoir choisi le Canada? 

Avant d’aboutir à Maniwaki, le Dr Tabbara a d’abord appris son métier au Liban. Par la suite, il a poursuivi ses études à l'Université Harvard à Boston, à l'Université Pierre et Marie Curie à Paris, puis a complété sa formation à l'Université de Montréal. Il tenait mordicus à pratiquer sa profession au Canada en raison du système de santé.

« Bien que le système de santé ait encore besoin de beaucoup de développement, c’est un système qui offre le service pour tout le monde gratuitement. Ce qui n’est malheureusement pas le cas dans beaucoup de pays », a expliqué le Dr Tabbara.

Une intégration rapide et efficace

L’intégration du Dr Tabbara à Maniwaki a pu être plus rapide et efficace entre autres grâce à l’aide de l’équipe du Carrefour jeunesse emploi de la Vallée-de-la-Gatineau (CJEVG). Le chirurgien a mentionné avoir reçu l’aide de l’agente d’accueil, d’intégration et de rétention de Complicité emploi Vallée-de-la-Gatineau, Mélanie Marchand, pour lui trouver un logement et inscrire son garçon à l’école. 

L’équipe du CJEVG et M. Tabbara sont toujours en contact. La conjointe du Dr Tabbara est présentement en procédure pour obtenir une reconnaissance de son diplôme en architecture qu’elle a obtenu au Liban. Entre temps, elle tente de trouver un emploi de technologue architecte dans la région. Ayant la double citoyenneté, elle n’a pas besoin de permis de travail.

Partager:

Jordan Maheu , pigiste

  • Courriel

À ne pas manquer